3age-seniors

Sur les jeunes seniors de 60 à 100 ans, le troisième age et les personnes âgées

3age-seniors

3 EXCELLENTES FAÇONS DE GÉRER L'ISOLEMENT DES PROCHES AIDANTS

  • Par
  • Le 30/11/2018
  • Dans Santé
  • 0 commentaire

Soignants

Je crois que les soignants sont des guerriers. Ils sont comme des anges qui marchent sur la terre et se battent pour ceux qui sont autour d’eux et qui ont besoin d’être protégés, soignés et entendus.

Forts, engagés et dévoués, des proches aidants du monde entier se manifestent et font passer égoïstement les besoins des autres avant les leurs et défendent ceux qui ne peuvent le faire eux-mêmes.

Cet acte extraordinaire de désintéressement et de sollicitude pour les autres sauve le monde au quotidien. Cela prédispose également la plupart des soignants à penser aux autres d'abord et à eux-mêmes en dernier.

Isolement du soignant et souci constant du bien-être des autres

Les soignants deviennent tellement préoccupés par le souci des autres que leur vie peut être mise en suspens. La socialisation passe au second plan et, sans même s'en rendre compte, ils deviennent des gardes solitaires ou comme je me plais à dire moi-même, des anges gardins solitaire parce que c'est plus rapide et plus facile.

Sans trop se rendre compte, les soignants commencent à s'isoler pour le monde extérieur, pensant qu'ils peuvent et doivent le faire eux mêmes . Bien que compréhensible et bien intentionné, cela crée un chemin très dangereux pour les soignants, ce qui conduit à l'épuisement et à l'isolement.

Cela me surprend que les soignants qui sont à mon avis les personnes les plus gentilles et les plus attentionnées au monde puissent être si durs avec eux-mêmes et finir par se sentir seuls, effrayés et fous, des conditions qu’ils ne toléreraient jamais pour quelqu'un d’autre!

Isolation des aidants naturels

J'ai commencé à m'occuper de mes parents et j'ai fini par me sentir perdue, effrayée et seule. Heureusement, je me sentais si mal à l'aise et mon ancienne vie me manquait tellement que j'ai commencé à travailler pour trouver un équilibre.

Je savais dans mon cœur que mes parents ne voudraient jamais que je me sente si seul, alors j'ai commencé à trouver des moyens de socialiser et de tendre la main.

Les trois «états d'être» suivants m'ont permis de surmonter le sentiment que je pouvais tout faire moi-même, que je ne pouvais jamais quitter mes parents et que j'étais une mauvaise personne si je socialisais et m'amusais un peu. Ils m'ont aidé à sortir de l'isolement et de ne plus me sentir en danger.

Être conscient

Être conscient de ce que vous ressentez en est la base. Vous sentez-vous seul et accablé? Refusez-vous les invitations à la socialisation et ne trouvez-vous pas de temps pour votre famille et vos amis?

Vous sentez-vous comme si vous n'aviez pas le temps pour quelqu'un d'autre que ceux que vous aimez? Enfin, vous sentez-vous coupable de penser à prendre du temps pour vous-même?

En devenant conscients de ces sentiments, nous commençons à comprendre que nous ne sommes pas à la hauteur de notre rôle, de nos responsabilités ou de la manière dont nous devons nous nourrir nous-mêmes.

Nous ne nous permettons pas les relations et les expériences sociales dont tout le monde a besoin pour survivre. Nous ne sommes pas des gens formidables et personne ne s'attend à ce que nous souffrions tout en prenant soin des autres. Nous avons droit au répit, aux interactions sociales, à l'amour de soi sans culpabilité et à la sollicitude.

Être pro-actif

Atteindre! Dites à votre famille et à vos amis que vous pourriez avoir besoin d'aide, de temps d'arrêt, d'appels téléphoniques et d'assistance.

Dites-leur que vous appréciez leur aides régulières et partagez les points sur lesquels vous avez besoin d'aide, en particulier lorsque des personnes peuvent vous localiser, afin que vous puissiez passer un peu de temps libre. Créez un calendrier avec les heures et les dates auxquelles ils s’engageront.

Indiquez-leur également que vous souhaitez être inclus et invité à des événements et des activités. Vous ne pourrez peut-être pas toujours, mais vous essaierez de participer.

Ensuite, voyez s'il y a des groupes de soignants dans votre ville et inscrivez-vous. En discutant avec d'autres soignants, vous mettez un terme à l'isolement et vous vousprocurez un soulagement précieux.

Être équilibré

Tout est question d'équilibre. Trouver l'équilibre entre le dévouement pour le soin des autres et le besoin absolu de prendre soin de soi est un défi constant.

Il est compréhensible que la balance penche en faveur d'un engagement envers le bien-être de ceux que nous aimons et qui ont besoin de nous. Les aidants sont désintéressés. Pourtant, personne ne peut survivre et même prospérer sans souci et sans considération pour son propre bien-être.

Pour s'épanouir, il faut nourrir. Une fois que vous aurez pris conscience et accepté le fait que vous avez droit aux mêmes soins, amour et soutien que vous accordez à vos proches, il vous sera plus facile de vous repérer lorsque vous serez émotionnellement en faillite et isolé.

L'équilibre vient lorsque nous sommes conscients et ouverts aux besoins de tous, y compris les nôtres. S'efforcer de trouver un équilibre entre leur temps et votre temps Ce n'est pas mal de prendre du temps pour soi. L'équilibre, c'est que chacun se sente épanoui et soutenu.

N'oubliez pas de vérifier auprès de votre famille et de vos amis en qui vous avez confiance, en plus de la voix dans votre tête et dans votre cœur. Entourez-vous de soutien et de communauté.

Rester impliqué dans le monde qui vous entoure vous gardera en meilleure santé, plus heureux, plus fort et plus résistant. Soyez conscient, proactif et équilibré et sachez que vous n'êtes pas seul.

Si vous êtes un soignant, vous êtes-vous retrouvé isolé? Comment avez-vous géré et surmonté l'isolement du fournisseur de soins? Prenez un peu de temps et donnez-nous des conseils utiles qui ont été cruciaux dans votre parcours de soignant.

Traduction 3age-seniors d'un texte de l'auteur SUSANNE WHITE

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire