3age-seniors

Sur les jeunes seniors de 60 à 100 ans, le troisième age et les personnes âgées

3age-seniors

La souffrance des soignants un mal invisible

Soignant

Comme vous le savez, la peur et le stress sur le corps peuvent s'accumuler avec le temps. Il imprime de manière à ne pas être préparé, à travers les impressions subtiles et cumulatives de nos expériences sur notre corps et notre esprit. Il ne se sent pas bien du tout.

Récemment, mon mari Mark a été hospitalisé, non pas une mais deux fois, et les deux fois à l'urgence. Il avait l'air bien la veille, un peu étourdi et fatigué. Et puis le lendemain, il ne pouvait plus sortir du lit!

Nous avons attendu plus de 8 heures à l'urgence avant d'être admis. J'ai contacté un ami qui travaille pour le système de santé pour savoir s'il y avait un code secret ou une poignée de main secrète que nous pourrions utiliser pour réduire l'attente. Malheureusement, cela n'existe pas.

Accepter mon rôle de soignant

Après que le choc initial se soit dissipé, je me suis rendu compte que cela allait prendre un certain temps avant qu'il se soit bien remis. Je n'ai rien fait d'autre que de me rassembler autour de mon mari pendant les deux premières semaines.

Les gens disaient que je devais être fort pour mon mari. Ces mots ne sont vraiment pas utiles, bien que prendre soin de moi aurait aussi aidé Mark.

J'ai reçu de nombreuses offres d'assistance à travers des textes, des emails et des appels téléphoniques. De “Puis-je faire quelque chose pour vous et Mark?” À “Voulez-vous que je reste avec vous à l'hôpital?” À “Puis-je aller au marché et prendre le dîner?” À “N'oubliez pas de faire attention de toi-même, va te promener ou méditer ou embrasser un arbre.

J'étais submergé d'inquiétude et inondé d'émotions. C'était la première fois depuis que nous sortions ensemble qu'il était malade après un rhume ou une grippe légère. J'étais épuisé en prenant soin de lui et en dirigeant mon entreprise.

L'épuisement mental de la prestation de soins

Quelques semaines auparavant, j'ai terminé mon deuxième triathlon. Cette préparation ne m'a pas entraîné à l'épuisement mental et physique qui a suivi. Je suis passé de travailler six jours par semaine à zéro. Je sais que ce n'était pas un bon choix.

La vérité est que je suis un aidant naturel par nature. Je suis né comme ça. En tant que premier-né, cela me vient naturellement. Dès mon plus jeune âge, j'ai appris à prendre soin des autres. Je suis très très fort. Dans une crise quelconque, je suis votre gendre. Je peux le faire.

J'ai été le parent désigné de ma famille pour aider en cas de deuil, de maladie et de parents vieillissants. Je l'ai prouvé à maintes reprises, à la fois personnellement et professionnellement. Je me lève pour relever tous les défis, même si parfois c'est plus que je ne peux le faire seul.

Donc, quand les gens ont offert leur aide, ma réaction a toujours été la suivante: «C'est si bon, ça va, je vais bien, on n'a besoin de rien» etc. La vérité était que je n'allais pas bien.

Ça aurait été très agréable d'avoir de la compagnie aux urgences puis à l'hôpital. Cela aurait été merveilleux si quelqu'un apportait un dîner, du vin, des glaces, du chocolat ou simplement du temps.

6 choses que je sais pour être vrai au sujet de la prestation de soins

La prestation de soins et la prise en charge sont de même valeur

Donner des soins et recevoir des soins ont tous deux la même valeur et doivent être honorés et encouragés. Je suppose que je n'ai pas apprécié le don des autres autant que le don de moi-même. C'est grand pour moi. Votre générosité d'âme et d'esprit est égale à ma générosité d'âme et d'esprit, et je devrais m'en souvenir.

La résilience ne nie pas les revers

Être résilient ne signifie pas que vous allez rebondir rapidement ou sans revers. Cela signifie avoir la ténacité de ne pas baisser les bras, quelles que soient les circonstances. Cela signifie également tirer parti de vos forces pour maintenir votre bien-être physique et émotionnel en période de crise et d'incertitude.

Demander de l'aide vous donne une pause

Être résilient signifie avoir le courage de demander de l'aide lorsque vous avez besoin de soutien. En partageant votre vulnérabilité avec les autres, cela leur donne la possibilité d’aider quand vous en avez le plus besoin.

Je n'ai pas à tout faire

Demander de l'aide est hors de ma zone de confort. Je dois respecter mon besoin de recevoir en cas de crise et de défi. J'ai été épuisé et j'ai senti la lourdeur de prendre soin d'un autre humain.

Aider les personnes dans le besoin

Si vous êtes du type généreux et généreux, vous proposez d'aider ceux qui sont dans le besoin, juste pour cela. Je n'ai pas eu le temps de répondre à chaque offre. N'attendez pas une réponse, présentez-vous simplement avec de la nourriture, du vin, des glaces, du chocolat, un câlin ou votre temps. Vous n'avez aucune idée de ce que cela signifie.

La guérison prend du temps

Il faut beaucoup de patience et de grâce pour se donner le temps de guérir de l'expérience. Je ne suis pas le type de patient et il a été difficile de surmonter les sentiments résiduels de peur et d'épuisement.

Maintenant que le pire est derrière nous, je dois continuer à être conscient de la valeur égale de la prestation de soins et de la prise en charge.

Êtes-vous d'accord que les femmes sont des aidants naturels par nature? Si vous êtes aidant, qu'avez-vous appris pendant votre voyage? Quelles expériences de soins vous épuisent le plus? S'il vous plaît partagez vos obstacles et comment l'aide des autres a été un pilier pour vous.

Traduction 3age-seniors d'un texte de l'auteur SHARON BLUMBERG

Si cet article vous a plu merci de le partager avec vos amis sur les réseaux sociaux.

INFO WEB SENIORS notre journal d'informations vous fait vivre gratuitement les grands événements qui se sont déroulés dans la semaine sur le web. Pour votre retraite, les articles seniors et personnes âgées. Divers sujets abordés, avec cette semaine de rentrée.

Incrivez vous maintenant : ici

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire