3age-seniors

Sur les jeunes seniors de 60 à 100 ans, le troisième age et les personnes âgées

3age-seniors

5 ASTUCES POUR GÉRER DES SITUATIONS SOCIALES ET INTERAGIR AVEC D'AUTRES SENIORS

Avez-vous remarqué que parfois, lorsque nous parlons à un ami ou à un membre de la famille, ils se mettent soudain à se défendre? Dans de telles situations, nous nous demandons souvent ce que nous aurions pu dire pour les offenser.

Beaucoup de seniors ont des questions similaires sur la façon d'aborder les situations sociales. Le modèle SCARE offre quelques informations.

Mais qu'est-ce que SCARE?

C'est un moyen de gérer des situations sociales et d'interagir avec les gens, mais contrairement à d'autres approches, le SCARE capitalise sur le fonctionnement du cerveau. Notre cerveau est conçu pour réduire les dangers potentiels, réels, imaginaires et pour rechercher une validation.

Les neurosciences font de grands progrès pour en apprendre davantage sur le fonctionnement de notre cerveau. À l’heure actuelle, les chercheurs utilisent l’IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) pour balayer les parties qui s’allument dans le cerveau dans diverses circonstances.

Je partage SCARE parce que même après des années d'expérience, cela peut nous aider à mieux communiquer.

David Rock a inventé l'acronyme SCARE (statut S, certitude C, autonomie A, relation R et équité E) pour décrire cinq domaines pouvant guider toutes les interactions humaines: des rencontres personnelles aux situations sociales et professionnelles. Ici, je propose quelques exemples d'utilisation de ce logiciel dans la vie quotidienne.

Statut

Le statut est notre sens de la valeur par rapport aux autres. Rock dit que si une personne se sent jugée, une partie de son cerveau est stimulée en fait, les analyses montrent que la même zone s'éclaire que lorsque sa vie est menacée.

Inversement, lorsqu'une personne se sent valorisée, cela augmente son statut et son sentiment de valeur. À mesure que nous vieillissons, en particulier après notre retraite, nous pourrions ressentir un déclin de notre statut social.

Être comparé à quelqu'un pourrait nous mettre très mal à l'aise. Ainsi, des questions telles que «Quand auras-tu des petits-enfants, Julie en a déjà trois…» ou «As-tu entendu, le petit-fils de Paul vient d'être accepté à l'ENA» pourraient bien déclencher des hormones du stress.

Avec une plus grande conscience, nous pouvons être plus empathiques et soutenir une personne qui vient de perdre un emploi ou qui vient de divorcer.

Certitude

Les études sur le cerveau , selon Rock, ont mis en évidence le malaise qu'une personne ressent avec l'ambiguïté. Dans chaque situation, notre cerveau essaie constamment de prédire l'avenir. Par conséquent, Rock suggère qu'en clarifiant nos attentes, nous puissions apaiser la peur.

Le besoin de certitude est également évident lorsque nous sommes diagnostiqués avec une maladie. Nous voulons que nos médecins nous disent exactement quel sera notre pronostic et quel traitement est recommandé. Ce n'est souvent pas facile, cependant.

Pouvons-nous aider les autres à acquérir la certitude en clarifiant les attentes de notre relation et en nous engageant simplement à rendre visite au moment que nous disons?

Autonomie

Lorsque les gens perdent leur autonomie, la vie leur semble incontrôlable. Le stress augmente considérablement lorsque leur niveau d'énergie est inférieur à ce qu'il était auparavant, ce qui limite leurs mouvements. Cependant, quand ils ont le choix, les gens font l'expérience d'un retour à l'autonomie dans leur vie.

En vieillissant, si nous sommes à la retraite avec un revenu fixe, les dépenses imprévues qui menacent notre budget limité peuvent être effrayantes. En étant gentils avec nous-mêmes, nous pouvons accepter ces sentiments, faire des ajustements et continuer à faire des choix.

Lorsque nous communiquons avec les autres, donnons-nous des conseils trop librement, provoquant du stress chez une personne qui se sent moins autonome?

La parenté

Des expériences sur le cerveau montrent que rencontrer de nouvelles personnes augmente notre niveau de stress.

Dans les expériences où une nouvelle personne est introduite, le cerveau libère de l'ocytocine, une hormone qui aide à créer des liens sociaux et nous fait sentir mieux. Pour les humains, l’interaction sociale fait partie intégrante de la vie et la confiance est à la base de nos relations.

Reconnaître ce besoin nous rappelle de tendre la main aux autres et de renforcer les relations de confiance. Parmi les relations meurtrières liées à la relation, citons le jugement, l'argumentation ou la violation de la confidentialité.

En nous rapprochant des autres, partageons-nous nos vulnérabilités afin qu’elles puissent s’ouvrir en toute sécurité? Est-ce qu'ils croient que nous ne les jugerons pas ou ne briserons pas les confidences?

Justice

Des scientifiques du cerveau ont constaté que des situations injustes génèrent un sentiment de danger. Lorsque nous pensons que quelque chose n’est pas juste, notre cerveau passe en mode défensif. C'est pourquoi nous pouvons être outrés quand quelqu'un vous stop en plein effort.

Beaucoup de personnes âgées sont traitées injustement. Je connais plusieurs personnes qui, après une carrière réussie, ont été contraintes d’arrêter par des attentes déraisonnables et des horaires de travail difficiles.

Nous nous demandons si les médecins prescrivent les médicaments dont nous avons vraiment besoin ou si nous grossissons les bourses des sociétés pharmaceutiques. Traitons-nous tout le monde équitablement et considèrent-ils leurs besoins en matière d'équité?

Avez-vous remarqué des aspects de SCARE dans votre vie? Laquelle d’entre elles vous semble la plus utile dans diverses situations? S'il vous plaît partagez vos observations dans les commentaires ci-dessous.

Traduction 3age-seniors d'un texte de l'auteur BECKI COHN-VARGA

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire